jeudi 17 novembre 2011

Strip - Tease tonight!



J’ai eu l’occasion d’assister récemment de façon assez improvisée à un show de la New York School of Burlesque (merci en passant à notre ami Michi pour la découverte). J’y allais dubitative et avec une petite appréhension d’une ambiance cabaret porn amateur un peu glauque. Appréhensions bien vite envolées dès mon arrivée au Parkside Lounge, bar typiquement US (snooker, vieux jeux vidéo Pac Man, Jukebox, Budweiser à 3 dollars pendant l'happy hour,...) du quartier chaud de Bowery où avait lieu la représentation. Et au final, le résultat fut assez réjouissant.



Pour la petite histoire, le new burlesque est un mouvement artistique et féministe né aux États-Unis aux débuts des années 1990 dans la lignée des premiers shows sexy des années ’40 à ‘60. Lors de ces performances scéniques, des danseuses pratiquent le strip-tease ou l’effeuillage dans son approche plus soft. L’artiste burlesque la plus connue en Europe est Dita Von Teese, fondatrice de la première école de burlesque classique de Paris. Aux Etats-Unis, Bettie Page est la plus célèbre pin-up fétichiste ayant influencé l’imagerie du New Burlesque. Mathieu Almaric a d'ailleurs plutôt bien dépeint le milieu dans son film Tournée, présenté à Cannes en 2010.


Pendant le show donné dans l’arrière-salle de ce bar bondé, rassurez-vous, pas de strip-tease intégral (puritanisme américain oblige, les tétons sont toujours masqués, souvenez-vous du scandale de Janet Jackson au Super Bowl en 2004) mais un effeuillage tout en sensualité et surtout empli d’une bonne dose d'humour. Dans la salle où règne une ambiance très bon enfant, on sent une vraie spontanéité et une réelle complicité émaner de ces strip-teaseuses d’un soir qui s’en donnent à cœur joie. Pour la plupart de ces filles, il s'agissait de leur première prestation. Aucune gêne ne vient gâcher le plaisir de voir ces demoiselles aux mensurations variables – certaines sont très pulpeuses – prendre leur pied en se déhanchant sans complexes et en exhibant leurs courbes devant la petite trentaine de spectateurs enjoués présents dans la salle. 


En résumé, j'ai assisté à un show pétillant et plein de surprises mettant en scène des filles bien dans leur peau, à contre-courant des canons de beauté photoshopés que nous sert trop souvent la société de consommation actuelle. La New York School of Burlesque propose aussi des cours aux « rescapées » du cancer du sein (ce qu'elle appelle les "survivors") sous l’intitulé Pink Light Burslesque, une façon pour ces femmes touchées dans leur féminité de se réapproprier leur corps et leur « sexy attitude ». Attention, burlesque show devant!














Aucun commentaire: