vendredi 30 décembre 2011

Des sequins pour le Nouvel An!


Mon amie Sophie, du blog Alerte à Liège m’avait prévenue, cet hiver, les sequins envahissent nos garde-robes. On les fera scintiller non seulement à la traditionnelle soirée Disco du Nouvel An mais aussi, au quotidien, sur de petits pulls casual comme sur des hauts plus sophistiqués. Et de fait, en me baladant dernièrement sur Madison Avenue (pour les plaisir des yeux, même pas penser à sortir ma carte VISA), j'ai vu une tonne de sequins dans les vitrines chics des magasins. Chez Bloomingdale’s, même chose, c'est le Disco revival ! Plutôt réjouissant en cette fin d'année !



J’ai découvert il y a peu l’antre du tissu situé dans le Fashion District. Mood, est le magasin où étudiants des écoles new-yorkaises de stylisme ainsi que petits et grands designers viennent s’approvisionner pour créer les pièces des collections qu’ils feront défiler sur le catwalk saison après saison. S’étalant sur trois niveaux, l’endroit est une véritable caverne d’Ali Baba du chiffon, on y trouve des (kilo)mètres de tissus à pois, fleuris, en velours, en soie, en tulle, ainsi que des plumes, des boutons, des tirettes,… De ces rouleaux parfois négligemment rangés dans un ordre un peu aléatoire sera extrait LE motif tendance de la prochaine saison. Et évidemment devinez quel était le rayon où l’on se bousculait le plus ? Celui des sequins pardi! Tissus brodés de sequins verts, rouges, noirs se vendent comme des petits pains ces derniers jours. Tiens donc, ne serait-il pas grand temps de penser à sa robe de Nouvel An ? Et vous, sequin or not sequin pour New Year's Eve ? 


Des rouleaux de tissus, en veux-tu, en voilà! 

Le rayon des sequins est pris d'assaut!

Et quel bouton avec tout ça? 
Un peu d'inspiration fashion.

On prend la moue de Jennifer.
Pourquoi pas plutôt de la soie? 
Ou alors des imprimés légers?
Non! Des sequins, encore des sequins! 
Et pour Monsieur alors? 
Eh bien, chers lecteurs, amusez-vous bien que vous soyiez habillés de plumes ou de sequins et déjà je vous souhaite: 

Une excellente année 2012!

mercredi 21 décembre 2011

Xmas is on its way,...

Vitrines de Noël féeriques.
Je confirme, la "holiday season" lancée, pour rappel, le jour de Thanksgiving, est une période féerique à New York: vitrines magnifiquement décorées, illuminations grandioses, sapins de Noël majestueux, éclosion de patinoires, shopping à gogo,...(mais aussi Jingle Bells et autres comptines neuneus en boucle dans les magasins). Il règne ici une ambiance digne du film Home Alone (1990), un film qui a marqué mon enfance. Petite, je rêvais comme Macaulay Culkin à son heure de gloire de descendre au Plaza hôtel et de passer Noël dans une immense maison décorée de mille feux d'une banlieue cossue américaine,...Les millions de touristes qui auront cassé leur grosse tirelire pour faire le déplacement dans la Grosse Pomme en cette fin d'année ne seront pas déçus. La preuve en quelques images!


 

Et pour rappel, le trailer de ce classique de Noël (qui, j'en suis certaine, sera programmé sur La Deux pendant les vacances): 


                                 Happy Xmas! 




samedi 17 décembre 2011

Cash for guns!



Dans mon quartier, l'Upper West Side donc, il y a deux sortes de shoots: les "shoots" d'armes à feu et les "shoots" de cinéma. Bien évidemment, il est inutile de préciser que je préfère le second type de shootings. Aujourd'hui avait lieu dans notre rue le tournage d'un projet intitulé The 22 (prononcer The Two Two). Il s'agit d'une nouvelle série policière produite par De Niro bientôt diffusée sur CBS avec en vedette l'actrice Leelee Sobieski, révélée, si l'on en croit ce toujours très utile Wikipédia, à 15 ans à peine dans le troublant Eyes Wide Shut (1999) de Stanley Kubrick. Plein de petites affichettes "no parking" vertes ont fleuri sur les poteaux, ce qui signifie que l'on va croiser l'équipe de tournage dans la journée et que les voitures qui n'auraient pas pris connaissance de la petite affiche seront envoyées illico presto à la fourrière. Le programme s'annonce plutôt explosif d'après les informations mises à la connaissance des riverains: "The scenes being filmed in your neighborhood involve a mock robbery during which blank gun shots will be fired." Traduit, ça donne: "Les scènes filmées dans votre quartier comportent un faux cambriolage pendant lequel des balles à blanc seront tirées." Une scène de shoot dans le shoot, voilà plutôt une belle mise en abyme!


Si je trouve ce genre d'évènements particulièrement excitants, les riverains, eux, n'aiment pas trop que l'on investisse leur quartier de la sorte. "C'est dingue, il change même les noms des bars!", se plaint une voisine croisé en bas de notre immeuble. Et en effet, le bar du coin nommé The Underground arbore maintenant une toute autre enseigne et ne me demandez pas pourquoi! (ben oui, d'ailleurs, pourquoi s'emm***** à changer l'enseigne du bar?). Les images qui suivent vous montrent le chambard qu'un shooting provoque dans le quartier. Espérons qu'après tous ces efforts et tout ce beau monde mobilisé pendant des heures dans le froid, la série connaisse du succès, rendez-vous la saison prochaine!


Dégagez les voitures!
Le lieu du tournage, au coin de notre rue.
Pas de "tout-de-boîte" comme à Hélécine ici, l'info aux riverains est affichée sur les réverbères.
Le bar The Underground devient pour les besoins de la série l'Haarlem Rathskellar. 
Oh, une nouvelle (bizarre) statue dans le square! 
Pan! Pan! Action!

Les futures stars policières?


A la bouffe! 
Il en faut du matos pour tourner 3 minutes !
Ah oui, lundi avait aussi lieu le tournage d'un épisode de la célèbre série Gossip Girl à l'Empire Hotel, un peu plus bas dans le quartier (63ème rue). Là, par contre, je n'ai pas eu la chance de croiser les demoiselles ragoteuses, à part ce que je suppose être leur camion de retouche make up et haircut:



Tiens, dernière chose, en parlant de shoots, je vous laisse méditer sur cette affiche qui m'a fortement intriguée au détour de la 106th rue et de Central Park West, j'étais en train de la prendre en photo (avec ma discrétion légendaire) quand je me retourne et j'entends un black balaise me demander "cash for guns?", je n'ai pu esquisser qu'un grand sourire béat et dire "Euh, yes and you"? Il ne restait plus qu'à prendre mes jambes à mon cou! *


PS * allez, j'avoue, cette dernière histoire est un peu extrapolée, le monsieur était certes balaise mais très gentil et je tiens à rassurer tout le monde, notre quartier n'est pas plus dangereux que Liège ou Dendermonde...il est même plus safe qu'Harlem, la preuve ici

mardi 13 décembre 2011

Mamaro...quoi?

Ce dimanche, nous sommes allés pour la première fois "upstate". Traduction dans le jargon new-yorkais: nous avons quitté Manhattan vers le Nord, direction la petite bourgade cossue au nom improbable de Mamaroneck, qui signifie poétiquement en indien "l'endroit où les eaux douces se déversent dans la mer". Cette banlieue privilégiée de New York située en bord du détroit de Long Island est accessible en 30 minutes seulement en métro au départ d'Harlem (en gros, c'est un peu le Lasne new-yorkais). Dimanche était une journée idéale pour se balader car il faisait grand bleu. Le train une fois passé les quartiers peu engageants du Bronx traverse différentes petites villes résidentiels aux magnifiques maisons recouvertes de bois. Le genre de maisons "cosy" et "so cute" que j'adore. Nous avons eu la chance d'être accueillis (merci Claire) dans l'une de ses charmantes demeures familiales à la décoration très Laura Ashley et dont le jardin donne sur l'eau, avec possibilité de virées en kayaks aux beaux jours. Mamaroneck n'est pas à proprement parler une cité touristique mais plutôt un lieu de villégiature pour avocats et traders de la city. Nous nous sommes baladés dans la bourgade émerveillés par les maisons  à la Desperate Housewives ou, pour les fans de littérature fantastique, à la Stephen King. Les habitants ont dû se demander qui étaient ces deux touristes en train de mitrailler leur propriété,...Après un petit tour dans la tranquille réserve naturelle, nous avons rejoint la grande ville, revigorés par l'air pur de la campagne. 


Le jardin donne sur l'eau. 

Embarcadère pour une virée en kayaks.
La réserve naturelle entourée de magnifiques résidences.

Le Yacht Club de la bourgade.








Et tout ce calme à seulement 30 minutes en métro de Manhattan!
Et pour comprendre la géographie particulière de l'endroit sur la Côte Est, visualisez cette carte:

Agrandir le plan