vendredi 15 juin 2012

New York au ralenti

New York est souvent comparée à une jungle urbaine, aux premiers abords, quand on débarque dans cette ville explosive, on capte très vite cette métaphore. Il n'y a qu'à se balader en plein Midtown Manhattan pour sentir cette énergie dévorante, humer cette compétition permanente émaner de ses passants aux pas rapides. A New York, même quand on n’a pas de deadline ni de timing serré et qu'on désire prendre le temps de flâner un peu, on se sent pousser par ce flux tendu, cette vitesse et on commence, comme tout le monde, à prendre le pli et à accélérer la cadence, à courir tout le temps, à sentir l'adrénaline monter en soi. Vite! monter dans le métro avant que les portes ne se referment et trouver fissa fissa une place assise avant qu'elles ne soient toutes prises, viite commander mon cappuccino car la file s'allonge derrière moi (stress, stress!), viiite passer ma carte de métro dans le tourniquet en priant pour qu'un "SWIPE AGAIN" ne vienne me réprimander car horreur, malheur!, si je ne vois pas le go! vert libérateur s’illuminer, j'entendrai peut-être un pfffffffffffffff exaspéré s'éléver de la file qui se formera très rapidement derrière moi. Viiiite, héler un taxi et sauter dedans avant qu'il ne démarre, viiiiite, réserver une table au restaurant avant qu'il n'y ait deux heures d'attente, viiiiiite commander des places pour un concert en ligne qui sera sold out en à peine 30 secondes (c'est du vécu avec le concert de Radiohead!), viiiiiiite, booker ma place pour le cours de yoga trimestriel avant qu’il ne soit full, etc.,etc.,…Et gare à celui qui perdra un peu trop de temps à chercher sa carte de banque dans son sac devant la caissière du supermarché et gare biss à celui qui ne s’exécutera pas assez rapido pour taper son code lors du payement, car un NEEEEEEEEEXT! tonitruant viendra résonner dans ses oreilles avant même qu'il n'ait eu le temps de prendre ses cliques et ses claques. A New York, et particulièrement à Manhattan, la nonchalance n'est pas tendance, honte à celui qui traîne la patte! Cette ville n'est décidément pas de tout repos, pas de farniente qui compte ici. Dans la Grosse Pomme, la loi de Darwin prend ton son sens, c'est la "struggle for life" quotidienne. Eh oui, c'est la guerre, la fight, pour les petites choses du quotidien comme jouer des coudes pour se faire une place dans une rame de métro en surcapacité ou acheter LE dernier jeans en méga solde chez Macy's. Mais c'est aussi la guerre concernant les décisions plus importantes de la vie: trouver un job et le garder plus que 6 mois, trouver un appart une chambre à moins de 2000 dollars dans un quartier sympa, dégoter une baby sitter, une crèche et une école qui ne sont pas hors de prix pour les enfants,...Heureusement, nous pouvons parfois jouir de période de répit dans cette bataille, souvent interrompue par des petites gestes de solidarité, que ce soit envers un touriste perdu dans le métro, une mère de famille qui peine à porter la poussette de son bébé ou encore un SDF affamé. Il n'en est que New York reste pour moi une ville de winners qui ont les moyens de se l'offrir. Gotham city n'a pas de pitié pour ceux qui n'arrivent pas à s'adapter à son rythme. C'est pour toutes ces raisons que j'apprécie particulièrement cette petite vidéo qui présente un New York au ralenti. Alors, pour résumer, mon slogan du jour sera le suivant: "relax and take it easy!"

1 commentaire:

week end détente pas cher a dit…

Oula! ça à l'air stressant tout ça!!! Tu as raison: relax and enjoy!
A+
Anthony de weekenda2.fr