dimanche 25 novembre 2012

Edward Hopper ou la sublimation de la banalité



Nighthawks, 1942,The Art Institute of Chicago, Friends of American Art Collection.
De tous les peintres, l'Américain Edward Hopper (1882-1967) est résolument mon préféré, il n'est presque plus nécessaire de présenter cet artiste tant ses oeuvres sont inscrites dans l'inconscient collectif.  A l'âge de 10 ans, quand mes parents m'avaient emmenée au Musée d'Orsay à Paris, j'étais tombée sous le charme des impressionnistes français que sont Pissarro, Monet, Renoir, Manet, Sisley, Degas, Cézanne, Caillebotte,...épatée tour à tour par la délicatesse et la fougue de leurs coups de pinceau. En vieillissant grandissant, mes goûts ont évolué, j'apprécie encore énormément les toiles impressionnistes - avec un penchant pour le courant néo-impressionniste dont fait partie ce magnifique tableau pointilliste de Seurat Un dimanche après-midi à l'Île de la Grande Jatte que j'ai eu la joie d'admirer à l'Art Institute de Chicago cet été - mais mon plus gros coup de coeur va à Edward Hopper. Je l'ai découvert il y a une dizaine d'années lors d'une première visite au MET et j'avais à l'époque été fascinée par une de ses maisons en bois surplombant une plage déserte de la Nouvelle-Angleterre.

The Lighthouse at two Lights. Metropolitan Museum of Art, NY

Il émanait de cette demeure peinte lors d'une magnifique journée d'été une atmosphère pesante et remplie de solitude, ambiance qu'Hopper se plaira à reproduire, à la campagne comme à la ville. Son plus célèbre tableau, Nighthawks (ci-dessus), qui représente un bar de Greenwich Village à New York à la nuit tombée, dépeint d'ailleurs merveilleusement bien la solitude et l'esseulement que l'on peut ressentir dans une mégapole de plus de 10 millions d'habitants. Etre seul mais dans l'agitation, seul mais entouré de millions d'âmes, un sentiment que de nombreux expatriés ressentent, à des degrés variables, tout au long de leur séjour. Ce que j'apprécie énormément chez Hopper, c'est qu'il se situe à la croisée de nombreux genres qu'il traverse, transgresse même, passant ainsi d'une scène impressionniste où il tente tant bien que mal de capturer la lumière (sa quête infinie) à une scène (sur)réaliste montrant un immeuble au crépuscule (House at Dusk) qui n'est pas sans rappeler les cieux tourmentés de notre compatriote Magritte. A la fin de sa vie, Hopper en vient même à des compositions abstraites comme cette chambre totalement vide illuminée d'un rayon de soleil.

Sun in an Empty Room, 1963.

J'ai eu la chance lors de mon séjour à NYC d'admirer nombre de ses toiles, au MoMA, au MET et surtout, au Whitney Museum qui détient une grande partie de sa production (plus de 2000 oeuvres léguées par son épouse Jo, sa muse tout au long de sa  vie), je ne pouvais donc rater la rétrospective que lui consacrait le Grand Palais à Paris. Et je ne fus pas déçue car j'y ai retrouvé le coeur battant, parmi 168 de ses oeuvres réunies, l'hypnotisant Nighthawks ainsi que d'autres toiles vue au Whitney Museum, mais j'ai aussi découvert l'évolution artistique de celui que ses camarades de classe surnommaient Grasshopper (la sauterelle) de par sa grande taille et que je connaissais, au final, assez mal. 


House by the Raiload, l'inspiration d'Hitchcock dans Psychose.
Hopper, lors de séjours à Paris apprend ainsi à apprécier la douceur de vivre française et les flâneries aux terrasses des bistrots impensables dans une ville speedée comme NY, il s'en détachera par après car pour lui, "Paris est trop ordonnée par rapport au désordre de NYC". Pourtant, il ne montrera jamais la foule et ce chaos, préférant exhiber la solitude des grandes villes américaines. Il plaide pour une esthétisation de l'ordinaire et met à l'honneur des sujets on ne peut plus domestiques, devenant au fur et à mesure le représentant de la banalité du quotidien d'une Amérique désabusée. Ses sujets sont variés mais récurrents telles ses nombreuses maisons en bois à l'architecture vide, souvent en bord de mer ou de voie ferrée, des demeures presque fantomatiques comme cette House by the Rail Road qui a inspiré Hitchcock pour son film Psychose. Hopper représente aussi une femme seule et mystérieuse dans une chambre d'hôtel, ou deux autres qui discutent autour d'un café,

Chop Suey, 1929.
Collection de Barney A. Ebsworth © Collection particulière
des scènes de la vie de bureau dont s'est grandement inspirée  la série Mad Men, une version moderne et moins connue de la dentellière de Vermeer (dont on peut admirer l'original au Louvre), un couple  dont on devine l'ennui ou encore une vision indolore et décalée du Manhattan Bridge qui ne laisse dévoiler aucun gratte-ciel de la ville mais seulement la brutalité de ses alentours industriels...J'aime aussi particulièrement sa vision de cette rue de Brooklyn et du Williamsburg Bridge, dont je vous parlais dernièrement sur ce blog. Je ne peux que vous recommander cette rétrospective exceptionnelle, et si vous n'avez pas l'occasion de vous déplacer à Paris, vous pouvez toujours télécharger l'application iPad dédiée au parcours du peintre illustré de ses toiles ou encore, visionner ses tableaux via ce diaporama photos.

Office at Night, 1940, Walker Art Center (Minneapolis)
Rétrospective Edward Hopper au Grand Palais à Paris, jusqu'au 28 janvier 2013.

4 commentaires:

Isa tout simplement ... a dit…

J'adore Edward Hopper , surement un de mes peintres préférés ... j'ai eu la chance de voir certaines de ses peintures au Moma et vais peut être essayer de voir son expo au Grand Palais , si j'arrive à aller sur Paris d'ici le 28 Janvier..

dongdong a dit…

bottega veneta
cheap ray ban sunglasses
michael kors outlet
ray ban sunglasses
nike trainers
coach factory outlet
coach outlet
cheap oakley sunglasses
christian louboutin
asics gel nimbus
longchamp
michael kors
reebok uk
asics shoes
ray bans
longchamp bag
coach outlet
louboutin pas cher
ugg outlet
abercrombie and fitch
burberry outlet handbags
supra shoes
louis vuitton uk
micahel kors
cheap oakley sunglasses
ugg outlet
coach outlet store online
nike huarache
armani jeans
levis jeans
michael kors outlet online
louis vuitton bags
coach outlet online
coach outlet
salvatore ferragamo
reebok outlet
polo ralph lauren
hollister sale
michael kors outlet
20163.25wengdongdong

Hua Cai a dit…

coach outlet store
toms shoes
coach outlet online
louis vuitton outlet
prada handbags
ray ban sunglasses
nike air force 1
ray-ban sunglasses
nike tn pas cher
air max 90
cheap nfl jerseys
true religion jeans
coach outlet online
cheap replica watches
cartier outlet store
cartier sunglasses for men
tiffany and co
ray ban sunglasses
beats by dr dre
michael kors wallet
futbol baratas
air force 1 shoes
polo ralph lauren
cheap oakley sunglasses
lacoste polo shirts
nfl jerseys wholesale
snapbacks wholesale
tiffany outlet
coach outlet
michael kors factory store
cai20160523

Yuanyuan Lin a dit…

7.12llllllyuan"longchamp pliage"
"cazal sunglasses"
"kobe bryants shoes"
"hermes belt for sale"
"nike air max 90"
"ray ban sunglasses"
"swarovski jewelry"
"coach outlet"
"michael kors factory outlet"
"polo ralph lauren"
"oakley sunglasses"
"herve leger dresses"
"ferragamo outlet"
"louis vuitton bags"
"lululemon uk"
"cheap nba jerseys"
"michael kors outlet"
"kobe shoes"
"ralph lauren"
"ralph lauren outlet"
"burberry outlet"
"ralph lauren outlet"
"links of london jewellery"
"coach outlet"
"coach handbags outlet"
"tory burch sandals"
"ray-ban sunglasses"
"pandora outlet"
"nike air force 1"
"coach outlet"
"oakley sunglasses"
"nfl jerseys wholesale"
"michael kors outlet"
"beats by dre"
"ralph lauren outlet"
7.12