mardi 26 mars 2013

Terrassée par le syndrome de Stendhal

Si au cours de la visite d'un musée ou d'un bâtiment historique, vous vous sentez faible, ne cherchez pas plus loin, le syndrome de Stendhal vous a frappé! Les symptômes sont les suivants: vos jambes tremblent, votre cœur bat la chamade, votre tête tourne, vous avez les yeux hagards et hyperventilez, une chose est sûre: la puissance de la beauté artistique vous a terrassé. Ce syndrome est appelé de la sorte en référence à l'expérience vécue par l’écrivain français Stendhal lors de son voyage à Florence, il fut pris par un trop plein d'émotions face aux nombreuses  beautés artistiques de la ville italienne. Le phénomène est aussi fréquent devant la Sagrada Familia de Barcelone où de nombreux touristes tombent dans les vappes devant la majestuosité de cet édifice inachevé.

Et ce syndrome, sachez qu'il n'existe pas que dans l'imaginaire des écrivains et des artistes, j'ai moi-même été touchée plusieurs fois par ses symptômes en découvrant les musées new-yorkais ainsi que ceux des autres villes américaines que j'ai eu la chance de visiter. Un premier constat: ces musées sont tous splendides! Ainsi, au Guggenheim, devant les oeuvres tournoyantes de Maurizio Catalan j'en ai eu les jambes tremblotantes (bon, c'est peut-être aussi parce que je suis un peu sujette au vertige), au Getty Center de Los Angeles, tout comme au Walt Disney Concert Hall, face a ces ensembles architecturaux grandioses, j'en ai eu le souffle coupé. Au MET, en parcourant les innombrables salles remplies de toiles impressionnistes plus belles les unes que les autres, mon cœur battait la chamade, conséquence d'une impuissance face à l'envie de dévorer des yeux toutes ces merveilles. Alors, un conseil, quand dans une même pièce, vous vous retrouvez face à une dizaine de Monet réunis côte à côte, allez-y pas à pas et n'ayez pas la prétention de vouloir ausculter toutes les oeuvres à tout prix car dans le supermarché de l'art (quolibet un peu réducteur mais qui est assez représentatif de l'immensité de cette institution artistique) vous n'aurez pas le temps de toutes les admirer et certainement pas en une journée !

Alors, pour calmer vos nerfs et trouver un peu de zénitude: je vous conseille de vous réfugier dans un musée plus intimiste comme La Frick Collection, véritable havre de paix niché dans une maison particulière située à quelques rues du MET. Autre refuge:  la bibliothèque néo-renaissance et le bureau feutré du banquier Morgan Pierpont ou encore, la Neue Galery, antre de l'art autrichien, à taille plus humaine,...(découvrez tous ces endroits dans mon post "Au musée comme à la maison"). Vous serez alors paré pour affronter les mastodontes que sont le MoMA, le MET et dans une moindre mesure le Whitney Museum et le Guggenheim. Pour vous prémâcher la tâche, je vous prépare, dans un prochain post, une sélection de mes œuvres fétiches dans ces différentes institutions culturelles. Stay tuned!

samedi 16 mars 2013

Série Expert(e) Local(e) III: les bons plans de Mon Oeil New York

Après avoir découvert les lieux de prédilection de deux blogueuses françaises installées dans l'Upper West Side: Jeanne de Curiosités et Futilités et Jennie de MyBigAppleCity aussi connue sous le pseudo TheQueenette, on traverse cette fois Central Park, direction l'Upper East Side pour questionner Magali qui tient le blog délicatement illustré Mon Oeil New York. Magali nous livre une foule de bons plans et de petites adresses que vous ne trouverez dans aucun guide touristique, le tout accompagné de très jolis dessins!

1. Quel quartier représentes-tu?
J'ai commencé Upper West Side en arrivant, et puis le vent m'a repoussée vers l'est. L'Upper East Side accueille maintenant quotidiennement mes pas...j'aimerais me perdre sans les dédales de ces rues, c'est impossible, toutes les rues sont trop bien rangées!

2. Le meilleur endroit à New York pour s'échapper de la ville ?
Peut-on vraiment s'échapper de New York? A la limite dans Central Park, bien au nord, vers Harlem. Les touristes sont beaucoup moins nombreux. Il y a un moment en remontant où, dans un virage, on ne voit plus les gratte-ciel, mais alors plus du tout du tout. Des arbres pointent juste leur nez, c'est incroyable cette sensation de nature au beau milieu d'une des villes les plus "énergétiques" du monde. Là précisément, le bruit de la ville a curieusement disparu. Il ne reste que les coureurs qui nous rappellent que nous sommes bien à New York.

3. Le meilleur endroit pour découvrir un groupe de musique avant qu'il ne devienne connu ?
Le Poisson Rouge reste mon endroit préféré, la salle n'est pas trop grande, l'acoustique est bonne. J'y ai toujours passé d'incroyables moments. Le chanteur est à quelques mètres de vous, c'est pratique pour le "eye contact", et pour demander des bis. Et puis je crois beaucoup à la taille des salles pour véritablement créer une ambiance. C'est puissant ce que je raconte là... Stop!

4. Le meilleur endroit pour admirer des oeuvres d'art inédites ?
Street Art, Street Art, Street Art !!! Ca c'est vraiment New York pour moi. Cette profusion, cette créativité, et puis le côté transgressif. Promenez-vous, ouvrez grands les yeux ! Lower East Side, Brooklyn, dans le métro J entre Essex Street et Marcy Av.... Allez, je vous laisse les chercher, il émerge de partout.

5. Le meilleur spot pour découvrir les environs navigables de New York?

Une vue en contre-plongée : s'offrir sur Groupon (site d'achat groupé très prisé des New-Yorkais), un tour en hélicoptère de Manhattan et de New York et ouvrir les yeux encore !

6. Le plus beau bijou d'architecture new-yorkaise?
Le Chrysler Building, parce qu'il reflète une époque particulière de l'histoire des Etats-Unis (il fut inauguré en 1930, quelques mois après le Jeudi Noir) et puis surtout et aussi pour son architecture Art Deco, indémodable à mon sens.

7. Le meilleur endroit pour faire une bonne action ?
Une Soup Kitchen !

8. Le meilleur bar pour boire un cocktail spécial avec 6 ingrédients ou plus ?
Apotheke sans hésiter! Ce bar de Lower East Side caché dans une ruelle de Chinatown est un vrai petit bijou ! Sa liste de cocktails est à donner soif et son ambiance, de l'époque de la prohibition.

9. Le meilleur spot pour être témoin d'un événement spontané ?
Anywhere... peut-être dans les toilettes mixtes des bars à une heure avancée...

10. Le meilleur spot pour relooker les passants ?
A une terrasse de café, dans un quartier qui le mérite ! Un de mes petits préférés reste Prune (Lower East Side) ou bien encore Café Gitane (Nolita).

11. Le meilleur endroit pour raviver ta créativité ?
Dans les galeries de Chelsea incontestablement. A se laisser aller de galerie en galerie, on est comme emporté dans un monde parallèle, celui de la créativité sans limites. Il n'y a pas à dire, regarder ce que font les autres est toujours source d'inspiration...

12. L'endroit que tu aimerais garder secret (mais que tu veux bien exceptionnellement nous faire partager) ?
Le jardin de la Morris Jumel House, là-haut sur Sugar Hill, à Harlem. Ce calme olympien est presque déstabilisant... Les fantômes de la maison rôdent, l'endroit vaut vraiment le déplacement.
13. Le meilleur endroit pour avoir un goût du New York d'antan ?
Prendre le thé le dimanche après-midi chez Marjorie Eliot, qui reçoit les musiciens de jazz dans son salon, à Harlem (encore). Le public se joint et participe, les barrières tombent. Indescriptible. Ambiance très particulière.
14. Le meilleur endroit pour bruncher dans ton quartier ?
Pour changer d'ambiance, pour se la jouer "posh" le temps d'un brunch. Double C, Cosy et confortable. J'ai nommé le Mark Hotel. En regardant autour, on découvre un tout autre visage de la ville, bienvenue dans l'Upper East Side. Une fois confortablement installé, se régaler d'une pizza aux truffes. Il n'y a plus rien à dire.
15. Le meilleur endroit pour s'amuser sans rien dépenser ?
Dans l'ordre ou le désordre, selon ses propres centres d'intérêt:
- participer à un
tour de la ville à pied gratos,
- s'incruster dans une galerie un soir de vernissage,
- aller à un
concert pop,
- aller au MoMA le vendredi de 4-8pm, au Whitney de 6-9pm, au Guggenheim le samedi de 5:45-7:45pm, c'est TOUT gratos (vérifier les horaires toutefois) ! plus d'excuses les paresseux...
- allez
pédaler dans Central Park à la nuit tombante, les premiers vendredis de chaque mois,
- et puis, c'est déjà pas mal tout cela non?

16. L'endroit qui te rappelle le mieux ton pays d'origine ?
La boulangerie Kayser. Je sais c'était facile... Croissant-baguette-tarte fine aux pommes- baguette viennoise-brioches..., cette litanie vous rappelle quelque chose?

17. Le meilleur plat à moins de 10 dollars ?
$10, $10, la question date de quelques temps non? Service compris?  Coopération finale, dans mes plans de fauchée il me reste deux trois choses à dire:
- le
Burger de Fairway Café, 
- le hot dog de chez Grey's Papaya,
- le
Burger de chez Shake Shack,
et il y en a sûrement plein d'autres qui se cachent aux recoins...

Pour encore plus de bons tuyaux, suivez Mon Oeil New York!

lundi 11 mars 2013

Atelier cupcakes, le carnage


Mini-cupcake d'Angélique Café à Soho.
C’est décidé, j’arrête le carnage! Je n'essaierai plus de préparer de cupcakes maison (j’avais d'ailleurs déjà dit la même chose avec les macarons). A New York, les occasions sont nombreuses de s'émerveiller devant ces douceurs sucrées au glaçage tourbillonnant venant parfaire leur esthétique parfaite, à la célèbre Magnolia Bakery évidemment mais aussi chez Eleni's au Chelsea Market ou encore chez Make my Cake à Harlem. Lors de ma balade architecturale dans les rues de SoHo, j'avais aussi dévoré un mini-cupcake chez Angélique Café, une portion réduite un peu moins écoeurante. L'envie est donc grande d'essayer d'en préparer chez soi. Malheureusement, après plusieurs essais infructueux, je pense que je n’arriverai jamais à réaliser  de manière assez satisfaisante à mon goût ces petits cakes sexy typiquement Gossip Girliens. En cuisine, j’ai un gros défaut, j’ai tendance à déjà penser au résultat avant d’avoir cassé les oeufs dans le plat. Résultat : des recettes souvent à moitié ratées. Mais attention, je cuisine quand même de délicieuses soupes hivernales et des quiches automnales roboratives avec de délicieux légumes bio et quand j'y mets un peu du mien, j'arrive à régaler la galerie. Côté dessert, j'ai une recette inratable héritée de ma grand-mère d'un cake aux pommes bien moelleux et je prépare aussi de très bons English scones, délicieux avec de la strawberry jam, une "cloutch" de clotted cream et un thé Earl Grey.

English scones.
Cake aux pommes familial.
 Alors, si j'ai claqué la porte du four aux cupcakes sucrés, je n'ai pas dit non aux cupcakes salés. J'ai donc retenté l'expérience en suivant step by step cette recette de la blogueuse culinaire Elo les Cupakes (je vous conseille vivement son blog qui regorge de délicieuses recettes de desserts variés, cupcake à l'honneur, et d'autres mets salés). Le résultat était plutôt réussi même si cette recette de "topping" au mascarpone ne m'a pas vraiment satisfaite, problème de douille ou je ne sais quoi d'autre qui aurait mal tourné dans la préparation...? Du coup, ils ont été dégustés tout nus. Leur forme est, je l'admets, un peu biscornue mais ils ont quand même bien plu aux copines à l'apéro.
Dernièrement, j'ai aussi réussi à sortir de mon four de croquignolettes madeleines en m'inspirant d'une recette de ce livre bien appétissant dédié à ces petits biscuits bombés.
 
En tant que tea addict, mon choix a été vite fait parmi les dizaines de recettes de madeleines sucrées et salées proposées, j'ai ajouté à la pâte quelques graines de lavande et le tour était joué!
Il ne restait plus qu'à remplir le moule que j'avais préalablement commandé sur Amazon et regarder ces petites merveilles dorées se former dans mon four de ménagère. Les amis se sont régalés!
PS: ne vous inquiétez pas, je n'ai pas l'ambition de devenir une blogueuse culinaire, ce post gourmand est juste, je pense, révélateur du fait que ma grande cuisine équipée IKEA m'avait fortement manquée dans notre minuscule flat new-yorkais,... :-)

mardi 5 mars 2013

Spa, de New York à Bruxelles

A New York, quand je voyais le terme "spa" gravé en lettres d'or sur la devanture  des hôtels de luxe, j'avais tendance à m'enorgueillir de ce terme qui vient en droite ligne du sud de mon pays et plus précisément de la jolie ville éponyme située dans l'Ardenne bleue. Spa compte, en plus de ses célèbres sources d’eaux ferrugineuses, un  grand centre de thermalisme. Dans la Grosse Pomme, j'ai eu l'occasion de visiter le magnifique spa de l'hôtel Mandarin Oriental situé au dernier étage de l'établissement de luxe. Ce centre de bien-être comporte une piscine réservée aux happy few qui résident dans l'hôtel, il offre une vue à couper le souffle sur la Hudson River.
Piscine panoramique du Mandarin Oriental sur Columbus Circle.
De son côté, le centre de fitness Complete Body and Spa situé dans l'East Side (au niveau de la 57ème rue) m'avait laissée rêveuse. Quel luxe que de pouvoir faire ses poses de yoga et quelques longueurs dans sa piscine d'eau salée en lorgnant la carlingue du magnifique Chrysler!
La terrasse du centre de sport Complte Body and Spa avec vue sur le Chrysler.
Mon royaume compte lui aussi de beaux centres de sport et de wellness et parmi eux, j'ai eu l'opportunité de tester l'établissement "Aspria" du Royal La Rasante, grâce au spécialiste des séjours bien-être Thalasseo. Ce complexe est situé dans la jolie commune bruxelloise de Woluwé, il est l'un des plus luxueux de la Capitale (qui en compte trois dont un au sein de l'hôtel Conrad de l'Avenue Louise), l'ambiance y est multiculturelle, voire même un brin élitiste (l'abonnement mensuel grimpe quand même autour des 150 euros par mois, faut avoir le temps de rentabiliser!), il est prisé de nombreux eurocrates, capitale de l'Europe oblige...
L'hôtel est aménagé dans une ancienne ferme rénovée.
En arrière-plan, le centre de sport.
Alors, il n'y a peut-être pas de piscine  ni de cabines de soin surplombant la Hudson River ou l'un des plus beaux gratte-ciel Art Déco au monde mais ici, tout est zénitude et plaisir de relaxation dans un environnement vert et reposant. L'établissement dispose de très belles installations sportives, dont deux piscines, une récréative et une plus longue de 25 mètres. Après quelques longueurs, direction, au choix, pour une petite pause au hammam, au solarium, au sauna ou dans la grande salle de relaxation adjacente.

De nombreux cours collectifs variés sont aussi proposés; aqua gym, yoga, Pilates,...
Et puisquemon motto est "après l'effort, le réconfort", j'ai aussi eu l'occasion de tester un "massage express du dos", un pur moment de détente prodigué par des mains expertes, que j'aurais aimé prolonger plus longtemps...Autant dire que cela m'a changée du massage des pieds revigorants que je m'étais offerte dans Chinatown l'été passé. Depuis un an, le club propose une vingtaine de chambres décorées de façon très cosy au sein d'une ancienne ferme superbement rénovée. On y dort comme des marmottes. J'ai particulièrement apprécié la pelisse en faux fur (je veux la même!) étalée sur le lit dans laquelle je me suis enrobée au petit matin. Après une nuit bien réparatrice, un bon petit-déj' avec vue sur les courts de tennis est servi dans le restaurant. En résumé, un combo wellness-actif parfait pour la sportive que je suis qui ne rechigne pas non plus sur un petit moment de détente après avoir bien bougé son popotin !