mercredi 15 mai 2013

J'vais revoir New York, New York, USA!

Vue du Williamsburg Bridge, côté Brooklyn.
♫J'vais revoir New York!
New York USA!
J'vais revoir New York!
New York USA!
Je n'avais rien vu d'au
Je n'avais rien vu d'aussi haut
Oh ! C'est haut, c'est haut New York
New York USA!♫

(Adaptation libre des paroles "New York USA" de Serge Gainsbourg 1964)

Aaah New York,...! Comme le disait très justement Clara D'une pomme à l'Autre dernièrement: "on ne se rend vraiment compte de ce que l'on manque qu'une fois qu'on en est privé" et pour le coup, être "privée" de Big Apple pendant plus de 8 mois, ça laisse des traces même si le sevrage se fait tout doucement ressentir. Il faut dire que cette ville est pernicieuse et vous coule dans les veines et vous colle à la peau en moins de temps qu'il ne faut pour le dire! Mais ouf, le "supplice" est bientôt terminé! Demain matin on embarque pour une dizaine de jours à bord d'un avion de la compagnie Brussels Airlines direction JFK faire le plein de transfusion énergétique new-yorkaise avec un petit crochet par Boston, ville que nous n'avions même pas eu le temps de visiter l'année dernière tellement elle avait filé comme un éclair! A nous les brunchs roboratifs, les cocktails sophistiqués, les longues balades à Brooklyn, Harlem, Central Park, les virées shopping, les pedi-mani et les achats déraisonnés (?) à l'Apple Store.

Upper West Side.
Soho.
Roosevelt Island Tram.
Brooklyn Bridge.
A nous les rides effrenés en subway, les coffee shops, les rooftops, les bubble tea, les bagels, les frozen yogurt, les sushis, les hamburgers du Shake Shack, les néons de Times Square, les paillettes de Broadway, les gratte-ciel torticolinesques, les balades sur les ponts et sur les rives de l'Hudson river,...mais aussi les retrouvailles entre amis et blogueuses! En gros, nous voilà à l'aube d'un pèlerinage dans notre quartier de l'Upper West Side et dans cette ville qui nous a ébahis, amusés, émus et parfois énervés pendant une année, et cette fois on ne va pas se priver de jouer aux vrais touristes pour cette "walk on memory lane". Suivez-moi sur Instagram (je compte bien sur le wifi gratuit de plus en plus répandu à NYC!) et sur la page Facebook du blog. Rendez-vous ici-même à mon retour pour vous raconter tout ça!


PSsss: avez-vous lu mon interview pour L'Express Styles dans le Top des Blogs stylés?

vendredi 10 mai 2013

Up in the air: New York vue d'en haut


Vue en plongée du Top of the Rock 
(copyright: Bazaraudiovisuel)
New York est déjà très impressionnante du plancher des vaches - attention aux torticolis en admirant les gratte-ciel ! - mais dès qu'on prend de l'altitude, on entre dans une tout autre dimension. Avant le 11 septembre 2001, on pouvait compter sur les tours du World Trade Center pour nous élever haut dans les cieux. Antenne comprise, la tour Nord atteignait les 527 mètres, la tour Sud, uniquement accessible au public grimpait, elle, à 420 mètres. A l'heure actuelle, il faut se "rabattre" sur l'Empire State, redevenu le gratte-ciel le plus haut de la ville avec ses fiers 443,2 mètres antenne comprise. Et prochainement, c'est la nouvelle WTC1 (anciennement appellée Freedom Tower) qui le surpassera à nouveau, au grand bonheur des touristes qui pourront jouir d'un nouveau point de vue vertigineux sur la ville. Je vous propose mon top 5 pour apprécier au mieux Gotham City d'en haut. Il vous en coûtera environ une vingtaine de dollars dans tous les cas, que ce soit pour accéder à un observatoire ou boire un cocktail dans un rooftop-bar, mais croyez-moi, la vue vaut grandement chaque petit dollar dépensé.

1. L'Observatoire de l'Empire State Building: l'idée de génie était d'y aller en plein mois de janvier, génial pour le "skipage" de files, on est monté en à peine un quart d'heure, achat des billets compris alors qu'en haute saison, il faut parfois plus de 2 heures d'attente. Bon, l'idée se révèle moins ingénieuse une fois en haut quand on se rend compte qu'il fait quand même vachement froid à près de 400 mètres d'altitude (381 pour être précise au niveau du 86ème étage accessible au public). On a regardé le soleil se coucher, un vent glacial nous fouettant le visage. Pourtant, pas de regrets, la vue est à couper le souffle, et pour moi, c'est l'une des plus magiques au monde. Un de mes meilleurs souvenirs ! Je vous conseille d'y aller en fin d'après-midi, histoire de profiter à la fois du panorama en plein jour et d'attendre ensuite que la nuit tombe, la vue est encore tout à fait différente! On y est resté plus de deux heures à bouffer Manhattan des yeux. Le plus: l'immeuble est une merveille de l'époque Art Déco et vaut à lui seul la visite. Le moins: vu l'étroitesse du tour de l'observatoire, quand il y a foule, il est parfois difficile d'atteindre les grilles pour admirer le paysage. Prix: 22 dollars pour un adulte.
copyright: Bazaraudiovisuel
2. Rockefeller Top of The Rock. En compet' frontale avec l'Empire State, l'observatoire du Rockefeller est ma seconde option pour observer la ville. A son sommet, on peut admirer l'Empire State Building de toute sa splendeur ainsi que se rendre compte de l'étendue de Central Park, on comprend mieux pourquoi on le surnomme le "poumon vert" de Big Apple. Le plus: l'observatoire dispose plus de 3 niveaux pour profiter d'un panorama à 360 degrés. Le moins: il est moins haut (259 m) et une partie du Chrysler Building est cachée. Prix: 25 dollars mais possibilité de se procurer des bons de réduction de 2 dollars dans les kiosques à touristes, soyez attentifs!

copyright: Bazaraudiovisuel
3. Le toit du MET. Le toit du Metropolitan Museum of Art, est moins couru et pourtant, il vaut vraiment la peine de se démener dans les méandres du musée pour y arriver. Ouvert exclusivement à la belle saison, le Rooftop Garden Café du plus grand musée de la ville offre une magnifique vue dégagée sur les arbres touffus de Central Park. Ici aussi, on se rend bien compte de l'immensité de cet espace vert. On peut y savourer un petit cocktail en admirant l'oeuvre d'art temporaire qu'il accueille chaque année. Le plus: la vue étendue sur Central Park. Le moins: il est assez difficile à atteindre. Ne vous découragez donc pas si vous vous perdez dans les allées du musée, si vous devez demander à plusieurs reprises votre chemin et emprunter plusieurs escaliers et ascenseurs car une fois arrivé en haut, vous serez d'autant plus heureux de découvrir la vue grandiose! Attention, le toit est fermé au public par temps pluvieux. Prix: une entrée au musée, qui va de 1 dollar pour les plus radins (attendez-vous à des grognements et à des yeux noirs de la caissière) à 25 dollars de "donations" (dons).

3. Le bar tournant du Marriott. Ok, l'endroit est infesté de touristes, c'est normal, on est en plein sur Times Square, et le décor est un peu moche avec ses banquettes aux relents ninetiemais une fois les à priori remisés au placard, l'endroit vaut quand même qu'on s'y attarde. On se laisse enivrer par une délicieuse et généreuse Margarita frappée (bien chargée, elle vaut son pesant de 16 dollars). On la sirote lentement en profitant d'une vue panoramique tournante sur Manhattan. En une heure, le bar a effectué sa rotation. Possibilité de commander un buffet pour 35 dollars ainsi qu'un buffet de desserts avec fontaine de chocolat (dur dur de ne pas craquer!). Pour avoir une bonne place près de la baie vitrée, mieux vaut éviter les weekends et y aller en semaine dès l'ouverture des portes, soit vers 17 heures 30. Evitez d'y aller après 20 heures, car une cover charge (comprenez "droit d'entrée") de 8 dollars supplémentaires sera facturée à chaque client. Même un peu tipsy, surveillez l'heure et essayez de payer avant ce moment fatidique pour éviter de voir votre check (addition) gonflée de quelques dollars inutiles et douloureux. Le plus: la vue sur Times Square de nuit. Le moins: le repère à touristes. Prix: vos consommations avant 20h, + 8 dollars passé cette heure.

 4. Top of the Standard. The place to be du MPD, entendez Meatpacking District, qui n'a plus grand-chose à voir avec l'emballage de la viande, d'ailleurs, car investi par les boutiques de créateurs et les restaurants faaaaaashion. Le Standard, c'est cet hôtel qui enjambe la très hype High Line avec une vue imprenable sur l'Hudson River, il est plébiscité par les stars et les fashionistas du monde entier. C'est dans son bar panoramique aussi appelé "Boom Boom Room" que fut tournée la scène grandiose du film Shame.

Comptez 20 dollars la consommation, genre cocktails, un peu moins pour une simple bière (pas de cover charge). Le plus: montez sur la terrasse panoramique, moins fréquentée, et prenez un bain de soleil sur l'un de ses confortables transats en regardant les voiliers glisser sur l'Hudson River. Les toilettes panoramiques avec retransmission live des concerts du bar valent aussi le détour. Le moins: il est souvent difficile - voire impossible - d'y accéder en soirée le weekend et à partir d'une certaine heure, c'est "tout le monde dehors!" car l'endroit est réservé exclusivement aux résidents de l'hôtel et à la gente VIP. Un conseil, allez-y en début de semaine, c'est plus calme. Prix: vos consommations qui peuvent aller du simple coca à 6 dollars (!) au verre de whisky rare à 30 dollars.

5. L'Aloft Hotel de Brooklyn. Un peu perdu dans Brooklyn, le rooftop-bar de l'Aloft Hôtel vaut la découverte. Ici, on a vue plongeante sur Brooklyn, Manhattan et au loin le Queens. J'ai eu le plaisir d'assister à un concert en plein air lors du festival CMJ en octobre passé, ça décoiffe, même le batteur avait mis sa capuche! Le plus: l'endroit insolite dans Brooklyn. Le moins: un peu excentré.


Mais encore: Le Poetry Garden du Library Hotel dans l'East Side sur Madison Avenue, avec son jardin d'hiver super cosy (il y a même un feu ouvert) et sa terrasse l'été (je vous conseille le cocktail Hemingway). Le bar du Mandarin Oriental avec vue imprenable sur Central Park (attention les cocktails sont à 20 dollars et pour un peu moins cher, la vue du Marriott est plus intéressante). Le rooftop-bar du 230 Fith, un incontournable de la nighlife new-yorkaise, qui a le nez sur L'Empire State illuminé, sa terrasse en teck décorée de palmiers et de petites fontaines accueille des soirées branchées. Pour plus d'adresses lisez aussi mon post sur les rooftop-bars estivaux. A votre Santé!

Et par ce qu'on ne s'en lasse jamais, je vous glisse un petit diaporama de ces vues à couper le souffle :

Et si vous êtes encore sur votre faim après ça, pourquoi ne pas booker un vol en hélicoptère? Pas encore testé mais l'expérience doit être géniale!

mercredi 1 mai 2013

Red Hook/Gowanus: à la découverte du Brooklyn post-industriel



Je m'étais déjà rendue dans le quartier de Red Hook à Brooklyn. Vous vous en souvenez peut-être si vous suivez ce blog depuis le début, ma première approche assez timide avait été ma visite chez IKEA en bateau afin de faire quelques emplettes d'aménagement de notre studio. Un dimanche d'été fut une journée idéale pour y remettre les pieds. Je tiens à signaler que ce reportage date d'août 2012 et que ce quartier situé le long des docks a été l'un des plus durement touchés par l'ouragan Sandy, il a subi de très nombreux dégâts dont il se relève très lentement. La plupart des bâtiments situés au bord de l'eau ont été totalement inondés, comme le magasin Fairway ou la galerie d'art BWAC dont je vous parle ci-après (voir une photo d'après Sandy ici). Steve et ses "authentic lemon pies" a même été contraint de déménager en s'écartant du pier. Bien plus qu'une fatalité, les habitants et les commerçants ont trouvé en Sandy la force de se réinventer, c'est ça la mentalité new-yorkaise, trouver des opportunités même dans l'adversité!

Red Hook, c'est un peu le trou perdu de Brooklyn, le quartier est situé à l'extrême ouest du borough et n'est pas desservi par le métro, il faut donc soit embarquer à bord d'un "NY water taxi" au départ du Pier 11 (mon moyen de transport préféré car j'adore admirer la vue sur la skyline de Lower Manhattan du bateau), soit prendre le bus au départ des arrêts de métro Carroll Gardens ou Smith et ensuite, rejoindre Red Hook à pied, prévoyez une petite trotte. 

Sur le bateau pour Red Hook.
Son isolement préserve encore un peu Red Hook de la gentrification à l'oeuvre à Brooklyn et notamment, celle en marche à vitesse vv' du coté de Williamsburg. On y voit tout de même des galeries d'art émerger dans d'anciens entrepôts situés sur les docks ou des petits bars à vin et des boutiques vintage fleurir dans Van Brunt Street, l'une des rues principales. Le coin n'en reste pas moins très paisible, on n'y croise pas beaucoup de touristes. En se baladant au bord de l'eau, on arrivait avant le passage de Sandy chez Steve qui est réputé pour préparer les meilleures tartes au citron de tout New York. La boutique dévastée par Sandy a depuis déménagé un peu plus loin, le propriétaire s'en explique ici. Testée et approuvée, sa pie citronnée est délicieuse! Red Hook, c'est une ambiance très particulière et avec la sortie du film de Spike Lee intitulé Red Hook Summer (regardez la bande-annonce ici) qui a été tourné principalement dans les housing projects (logements sociaux) il y a fort à parier que le quartier attirera de plus en plus les curieux.
Vue sur les docks depuis une galerie d'art aménagée
dans un ancien entrepôt.
La Statue de la Liberté, au loin.
La galerie d'art BWAC.
Concert de piano dans la galerie d'art.

Un tram abandonné, vestige du passé des docks.
L'ancienne adresse de Steve's Authentic Pie;
la "meilleure Key Lime pie de New York"!


belgo-hipsters devant petit jardin communautaire
d'herbes aromatiques.
(déception pour Julien, il n'y a pas de sauge!)
Le grand magasin Fairway du coin.
Entrepôts transformés en appartements de luxe.
Le Brooklyn Crab, restaurant près de Van Brunt Street. 
Rues de Red Hook

J'apprécie de plus en plus l'ambiance de ces quartiers post-industriels. Après avoir découvert les docks et les rues de Red Hook, on a poussé la promenade un peu plus à l'est vers le canal de Gowanus. Là-bas, l'environnement industriel est encore plus brut de décoffrage, les paysages sont faits d'impressionnants ponts et de bretelles d'autoroutes comme montées sur des échasses, de silos abandonnés, de décharges de carcasses, d'entrepôts à l'abandon, de maisons en voie de démolition,...avec toujours ces terribles échappées sur la skyline qui m'ébahissent à chaque fois. A Gowanus, au contraire de Red Hook, la gentrification est presque inexistante, et c'est très bien comme ça! Je serais bien curieuse d'y revenir dans quelques années pour voir l'évolution des bords du canal. En attendant, voici à quoi cela ressemble aujourd'hui:


Surfez aussi sur le blog Curiosités et Futilités pour plein d'autres photos et d'informations sur ces quartiers en devenir. Cliquez ICI et . Et pour vous rassasier après cette longue balade, notez sa super adresse gourmande - Little Neck - à Gowanus , par ici.