mercredi 23 avril 2014

Petit traité du lâcher-prise

Aujourd’hui, je vous propose une revue littéraire moins axée roman mais plus sur des ouvrages pour lâcher prise au quotidien et ralentir le rythme dans notre société du zapping où tout doit aller à la vitesse vv".

Eloge de la lenteur, cet ouvrage de la collection poche Marabout Psychologie paru en 2004 (déjà 10 ans !) est toujours autant d’actualité, et encore plus aujourd’hui avec la prédominance des smartphones et autres tablettes dans notre société, véritable "dictature de la vitesse". L’auteur Carl Honoré passe en revue différentes philosophies pour ralentir au quotidien, en racontant  comment il est parvenu lui-même, journaliste speedé, à décélérer. Je l’ai acheté à la fin de mon congé de maternité, avant de reprendre le boulot et d’entamer un horaire encore plus cadencé. J’ai découvert en le parcourant le concept des « slow cities » en Italie, ces villes médiévales qui ont comme credo de ralentir le rythme au jour le jour par différentes initiatives, par exemple en faisant la promotion de la marche à pied au centre-ville. J’ai aussi pu approfondir mes connaissances en Slow Food, ce mouvement culinaire qui promeut un retour à la terre, qui motive à cultiver son potager (je vous en reparle bientôt) et à se tourner vers le bio. Le livre aborde aussi les pratiques ancestrales que sont le yoga ou le tai-chi pour prendre le temps de lâcher prise et prendre un peu de recul dans nos journées surchargées. Surfant sur le succès de son premier essai, devenu un véritable best-seller, Carl Honoré a récemment publié un ouvrage plus pratico-pratique : Lenteur mode d’emploi

Séduite par cette collection Marabout, j’ai craqué pour un autre ouvrage L’art de la  simplicité, eh bien, là, j’ai été fort déçue par son contenu. Comme quoi, dans une même collection, il peut y avoir de grands déséquilibres dans la qualité des publications. Ce manuel aborde les différentes manières d'être plus zen en simplifiant son for intérieur et tout ce qui l'entoure mais, il se révèle en somme assez déstructuré et plutôt vide de sens et ne propose pas de solutions vraiment concrètes mais des postulats assez bateau. 
Dans le même genre, je vous conseille plutôt l’ouvrage Simplifiez votre intérieur , idéal en période de nettoyage de printemps (vive les brocantes !) et beaucoup plus adapté pour rendre sa maison Feng Shui.

Exercices d’éveil pour petits chatons, ce bouquin-ci m’a été offert par une amie lors de la naissance d’Eva. Grande fan de félins, j’ai tout de suite adoré les jolies illustrations mettant en scène un mignon petit chaton faisant de la gymnastique et pratiquant quelques exercices de relaxation basés sur des techniques orientales comme le yoga ou le tai-chi. Ces conseils précieux ont pour but de relaxer les petites têtes blondes turbulentes, que ce soit en classe ou à la maison…Eva est encore un peu petite pour comprendre tout cela - même si elle gigote bien du haut de ses 6 mois - mais je me ferai un plaisir de l’initier à ces pratiques zen.
 
Dans la même collection, le Guide du bien être petits chats et leurs maîtres, propose des bulles d'oxygène pour les adultes, cette fois, afin de planer en diverses circonstances. Dans les transports en commun, au travail ou dans son lit, on apprend à pratiquer la méditation des pieds, la sieste minute, la danse des orteils, le chant du bourdon…en ce qui me concerne, j'aime faire "le héron qui boit" au volant, pour un étirement doux de la nuque...effet relaxant garanti !
Je vous parlerai bientôt d’un vrai roman, cette fois, Le Chardonneret de Donna Tartt, qui a reçu dernièrement le  Pulitzer pour la fiction, j’avance lentement mais savoureusement dans cette fantastique fable à la Dickens, verdict à ma prochaine revue littéraire…

vendredi 4 avril 2014

L’avenir appartient aux alouettes

Power to the Morning People! Voilà mon nouveau credo. Depuis qu’Eva est née, j’ai oublié la notion de grasse mat’, et même avant qu’elle ne débarque dans notre vie, car enceinte, les insomnies me gâchaient déjà une bonne partie de mes nuits (stress de l’accouchement, chaleur ou autre urgence nocturne, je vous passe les détails,…). Après, pendant 10 semaines, ce fut réveil systématique à 2 heures 30 du mat' et puis comme par magie, passé le cap des 2 mois, Eva s’est mise à dormir quasi 12h d’affilée sans se (nous) réveiller ! "Une bénédiction !" me répète-t-on quand à la question classique "Alors, elle fait ses nuits ?", je réponds avec un sourire triomphant: "Oui, elle dort de 8 à 8!", inutile de vous décrire la tête de la copine dont le bébé la réveille toutes les nuits à 4 heures depuis un an…Je n’ose pas trop fanfaronner là-dessus car je me doute que cette période bénie ne va (peut-être) pas durer, car après, me prévient-on, il y a les poussées dentaires, les frayeurs nocturnes et les autres petits caprices qui peuvent venir pourrir ses (nos) nuits…En attendant, le fait qu’Eva dorme comme une marmotte me permet d’être d’aplomb pour ma journée de travail qui commence aux aurores. Eh oui, fini le congé de maternité, en semaine, je suis levée à 6 heures pour être tôt au bureau, cela me permet de récupérer Eva pas trop tard à la crèche. Alors, quand j’ai lu cet article du Huffington Post qui vante les bienfaits de se lever avec les poules, j’ai été plutôt motivée à continuer à suivre ce rythme. Voici en résumé les qualités des "Morning People" ou des "Early Birds": elles seraient plus heureuses au quotidien, plus gentilles, plus performantes au travail et aux études, plus méticuleuses, plus productives et auraient une moindre exposition à la dépression…De quoi se motiver à se lever au chant du coq dès demain matin et pas d'excuse parce que c’est le week-end ! Lire l’article complet ICI