samedi 29 novembre 2014

Eva, mon "petit gamin"

Copyright: Pinterest
Eva, 13 mois, n'est pas ce qu'on peut appeler un "bébé fashionista", en cause: le fait qu'elle n'a principalement que des cousins pour lui refiler des pijamas à lignes bleus, des petits hoodies marrons ou encore, des pantalons bagui kakis. Les vêtements de seconde main repêchés dans la manne de sa cousine qui a fêté cette année ses 13 ans sont, comment dirai-je, un peu surannés...Mais vu que ce n'est pas tous les jours dimanche, pour aller à la crèche, l'important c'est que ces petits habits de "gamin" dépannent et qu'elle se sente a l'aise pour remuer, et puis un bébé, ça grandit tellement vite, on a peine le temps de lui enfiler un t-shirt qu'il est déjà trop petit. Alors, quand j'ai l'occasion de lui acheter quelques pièces plus féminines je lui me fais plaisir! Et dans ce rayon, inutile de dépenser des centaines d'euros, un simple petit sous-pull coloré et une robe à volants font l'affaire pour transformer Eva en un tournemain en un bébé très girly. J'apprécie particulièrement la collection Esprit Baby et pour les fêtes de fin d'année en famille, on sort le grand jeu, j'ai bien envie de lui acheter cette petite robe scintillante et ce cardigan étoilé.
 Question: y'aurait pas le même en taille 38 ?
 
et pour traverser l'hiver, un joli bonnet bien chaud!

vendredi 14 novembre 2014

La Casa Batllo à Barcelone, le délire de Gaudi dans toute sa splendeur



© Casa Batlló, 2014
Si je devais vous conseiller une seule chose à visiter à Barcelone, ce serait sans hésiter l'un des chef-d'œuvres d'Antoni Gaudi, cet architecte génial et tout à fait allumé qui a imaginé l'architecture ahurissante de la Casa Batllo située sur le passeig de Gracia, chic avenue barcelonaise. J'avais déjà visité cette demeure inscrite au patrimoine de l'Unesco il y a quelques années et à l'époque j'avais déjà été subjuguée par ses formes, son puits de lumière aux dégradés de bleu sous-marins, sa terrasse sur le toit surmontée d'un dragon écaillé. Fin octobre, je me suis envolée pour un city trip de 3 jours entre copines (l'occasion de fêter le premier anniversaire d'Eva à grand coup de mojitos et de tapas!) et j'ai revisité cette maison magique. A nouveau, tous les détails me sont revenus en pleine figure et m'ont hypnotisée. Je pense que je pourrais la visiter 100 fois que je n'en serais pas encore lassée.


© Casa Batlló, 2014
Dans cet antre du modernisme catalan à la fois tout en cohérence et en paradoxe, les portes épousent-elles les courbes des murs ou serait-ce plutôt les murs qui épousent leurs formes ? Chaque détail force l'admiration et l'étonnement:  cet escalier qui se fond dans le plafond tel un serpent des mers fuyant le prédateur, cette immense baie vitrée aux courbes organiques agrémentée de vitraux capturant des bulles de lumière et se fondant avec le feuillage des arbres de l'avenue, ce grenier qui courbe l'échine et dans lequel on se croirait comme dans le ventre d'une baleine, cette façade mouvante aux couleur pastel inspirée des délicats nymphéas de Monet, ou encore, ces balcons rappelant tantôt des masques joyeux de carnaval vénitiens, tantôt de sombres têtes de mort…Quelle splendeur tout à fait inclassable dans l’histoire de l’architecture européenne!

Le puits de lumière en dégradé de bleu.
Le séjour, avec ses magnifiques baies vitrées. 

Le couloir du dernier étage.










La façade arrière est tout aussi fascinante.


Surtout, ne soyez pas rebuté par le prix de l'entrée, 21,5 euros pour un adulte, qui a sacrément gonflé depuis ma dernière visite. Si la façade vous éblouit, l'intérieur ne peut que vous émerveiller d'autant plus. Suivez votre instinct...Pour prolonger la visite à la maison, j'ai acheté cet ouvrage à la boutique du musée, il  explique de façon approfondie l'œuvre de Gaudi avec moultes images et croquis. Passionnant!

Photos: © Casa Batlló, 2014