vendredi 13 février 2015

Benjamin Wood et Le Complexe d'Eden Bellwether, un bon premier roman mais...


A la rédaction, je travaille aussi sur l'actualité littéraire, ce qui me place en première ligne pour repérer les nouveaux romans et essais prometteurs, que je m’empresse par la suite de dévorer, une fois ma sélection finement réalisée. Je suis en effet très sélective, car je ne dispose que de plages horaires très limitées pour m'adonner à la lecture (en gros, le matin dans le train et le soir quelques pages avant de sombrer dans le sommeil). Ces pauses littéraires sont salvatrices pour mon équilibre mental dans mon emploi du temps surchargé, elles représentent de véritables bulles de zénitude dans lesquelles je me réfugie.

A la rentrée de septembre, j’avais repéré le premier roman prometteur d’un certain Benjamin Wood, jeune auteur britannique d’une vingtaine d’années, qui sortait en français sous le titre Le Complexe d'Eden Bellwether. J’ai préféré commander la VO – The Bellwether Revivals - et j’ai attendu quelques semaines que mon petit colis traverse la Manche pour me plonger dans cette intrigue inédite qui part de l’idée que les compositeurs de musique baroque auraient "le pouvoir d'affecter et de manipuler (les) émotions, (les) passions", voire même de guérir les plaies ou des maladies plus graves. C’est ce que pense l’arrogant Eden Bellwether, un étudiant de Cambridge  organiste assistant à la chapelle du King's College qui va piéger dans son escarcelle le jeune aide-soignant Oscar Lowe, hypnotisé par la musique jouée par le virtuose lors d’un office de messe. Oscar tombe amoureux de la sœur d’Eden et intègre leur cercle familial avec ses traditions codées, s’ensuit une intrigue assez palpitante mettant en relation un mystérieux psychologue spécialisé dans les personnalités narcissiques.

Mon humble avis ? Oui, c’est un bon thriller psychologique sur fond d'histoire amoureuse qui m’a tenue en haleine assez rapidement. Mais, il y a plusieurs "mais". Tout d’abord, l’amourette entre Oscar et la sœur d’Eden, Iris, m’a irritée par son côté neuneu, très fleurs bleues. Le clan formé par les Bellwether et leurs amis m'a fait penser à certains moments à la symbiose vécue par les vampires de la saga Twilight. Pas la référence la plus reluisante. Au niveau de l’intrigue, certains passages font carrément du sur-place avec des répétitions et des descriptions inutiles, Benjamin Wood a encore du travail de cisèlement de ses textes (allez, je critique, je critique, mais je serais incapable d'écrire le quart de la moitié). A part ces détails qui ne gâchent en rien l’expérience de lecture je vous rassure, j’ai beaucoup apprécié l’ambiance 100% British autour de ces personnages évoluant à Cambridge. L’histoire est surprenante de rebondissements, heureusement, et pour finir, on se laisse bluffer et même émouvoir par son dénouement. 

Je pense que j’ai aussi été un peu déçue par ce roman, car j’en avais lu des critiques dithyrambiques (avec des références à Gone Girl alors que l'histoire n'a pas grand chose à voir avec le thriller de Gillian Flynn), des éloges certes justifiées pour un premier roman mais un rien exagérées tout de même. Je sortais aussi de la fantastique atmosphère cotonneuse des histoires de cheminement post-ados dans laquelle m’avait plongée Jeffrey Eugenides avec son best-seller The Marriage Plot et je pense que c’est une grosse erreur que d’avoir sauté d’un roman à l’autre sans décanter de la prose de génie du romancier américain auréolé du prestigieux prix Pulitzer en 2003. Car entre un premier roman, certes très réussi, et un Pulitzer, y’a quand même un (grand) fossé. Je vous conseille d’ailleurs au passage la lecture de The Marriage Plot (en VF : Le Roman du Mariage), un chef-d’œuvre qui m’a rappelé un autre excellent bouquin qui figure dans mon top 10 : One Day de David Nicholls.

3 commentaires:

dongdong a dit…

ralph lauren
jimmy choo outlet
toms outlet
toms outlet
michael kors handbags
nike roshe run women
nike store uk
canada goose jackets
ray ban sunglasses
kate spade outlet
levis 511
ture religion outlet
michael kors handbags
jordans shoes
kate spade handbags
michael kors outlet
chi flat iron
michael kors
michael kors bags
calvin klein underwear
jordan pas cher
converse uk
ray bans
michael kors outlet
marc jacobs handbags
nike cortez
burberry outlet online
basketball shoes
fitflops sale
ed hardy uk
ralph lauren outlet
kate spade outlet
ecco shoes
michael kors handbags
ed hardy outlet
polo ralph lauren
fitflops sale clearance
michael kors watches
ralph lauren uk
air force 1
20163.25wengdongdong

xumeiqing a dit…

20161022meiqing
coach outlet store
burberry outlet
coach factory outlet
yeezy boost 350
oakley sunglasses outlet
coach outlet
cheap jordans
cheap jordan shoes
kate spade outlet
louboutin

اميرة زماني a dit…


Furniture move
he majority of DIY home movers are really interesteD in knowing how to properly loaD their renteD moving vehicles so that the entire storage spACe is utilizeD in the Best possiBle way. نقل عفش بالرياض The main concern for families who have DeciDeD to move on their own still remains the Danger of choosing a moving truck with insufficient spACe for their Belongings. شركة شراء اثاث مستعمل بالرياض To complicate things further, even the right choice of a rental moving vehicle can easily turn out to Be a serious proBlem if the loaDing process is not Done the right way.افضل شركة نقل عفش بينبع AnD Believe us, leaving prizeD possessions BehinD or Being forceD to make two trips are two moving scenarios you Don’t really want to go through for various reasons.شركة نقل اثاث بجدة - افضل شركة نقل عفش بالمدينة المنورة
EveryBoDy knows that when given at the right time, gooD moving aDvice can mean the worlD to stresseD home movers, anD will prove to Be the Difference Between a successful house move anD a Disastrous proBlem-filleD relocation. افضل شركة تخزين اثاث بالرياض This is why, having alreaDy DescriBeD in Details the truck loaDing process anD the way to overcome its challenges, it’s only fair that we say a few worDs aBout how to unloaD a moving truck once you have reACheD your Destination.